Rio de Janeiro – Paris (AF 447 / AIRBUS 330) : à quoi sert la classe première ?


Prendre l’avion en première, plus cher pour finir pareil.

Les disparus sont tous logés à la même enseigne.
Le vide est républicain, face au crash les distinctions s’effacent, créant une pure égalité entre les individus. Si le repas de clôture n’as pas la même saveur pour tous, le siège super-inclinable avec larbins à disposition n’est, lui, d’aucun secours dans la tragédie.

A qui reviendront les miles de papa ?

Publicités

About this entry