Le Baron Samedi (The Knife’s one for you)


La pluie tombait vendredi soir, et le goût du café n’avait pas changé : toujours aussi adulte et amère. Mes mains moites me trahirent, mais les siennes restèrent perfectly dry.

Les roues du vélo allaient en direction d’un rendez-vous qui avait une heure et demie de retard. Mais là n’était pas le plus important. On peut toujours s’inventer des excuses et au bout du compte la passion du début fait plutôt bien passer la pilule. Je sais pourtant que mentir c’est mal, mais j’aurais toujours une certaine légitimité dès qu’il s’agira de C****.

Chaque feu passait au vert, chaque voiture m’évitait de peu. Sans lumières, ni casque, je jouais au cycliste imprudent. Arrivé à bon port, un ****** profond dans une bouche tiède et parfumée. Le dîner est servi. Honey, i’m home !

La pluie tombait ce samedi à 2:42 et l’Aveu en dvd.

On creuse un trou, on le rempli de sentiments confus et on le comble avec ce que l’on a sous la main. C’est cette nouvelle histoire à laquelle on veut croire malgré des fondations de carton-pâte. Une histoire nouvelle sur laquelle on se laisse porter comme sur le dos d’un mille-pattes.

Au réveil, une envie de prendre le train jusqu’à Waterloo International. Mais l’on se doit de terminer ses études et d’envisager d’inhabituelles habitudes. Ma central st. martin’s favourite se ramène quite soon, il va donc falloir prouver ses talents de jongleur amateur.

Les Chicks On Speed ce soir, dans une boîte sous un pont, en souvenir du bon vieux e-clash des familles (2001-2002). Dès avant, le vin dans les veines et le fromage de Savoie dans la bouche, les bougies aveuglent. Des bouquins d’art feuilletés avec négligence, des discussions politiques sans issue, et des musiques actuelles.

Demain ambiance running, cinéma avec une ex-militante communiste et lectures scolaires sur le libéralisme américain.

Dans la playlist de mon lecteur flash, des chansons rocailleuses cognent contre mes neurones et je me sens finalement heureux. Vive Disneyland.

Métrosexuel n’est pas le terme adéquat, sombre héros sexuel semble plus approprié (private intercom à celle dont je suis le favori, dans ses favoris internet je veux dire). 

Publicités

About this entry