En baisant, je l’imagine en train de se faire baiser (atelier d’écriture secrète)


Le sexe-latex est happé mais l’esprit parfois s’égare, s’exile, loin.

En écoutant ses râles, en prêtant attention à ses gémissements, je repense une seconde à celle, qui, dans le quartier Popincourt se fait prendre. Comme si elle était dans la pièce voisine. Se faire prendre et prendre du plaisir, la nausée frôle mes tripes. Les tremblements détruisent la concentration-plaisir. Libido rollercoaster et flashback amoureux-incongru.

Ici, à Chelsea, je vois une autre : nue et ouverte, brûlante, drunk, cognant son corps contre le matelas humide. Elle est belle, pâle, mais je me sens trahi. J’ai le dégoût comme copilote, ses petits cris me renvoient à ceux de mon (ex-)amireuse. La virgule sépare et le poing levé, j’ai la désagréable impression d’avoir été violé avec violence (pléonasmyasz).

J’oublie tout et pourtant elle est une empreinte résiduelle, elle est un lapsus qui ne s’en va pas, un acte manqué de très très peu. Londres a le chic de faire passer à autre chose, de se faire passer pour autre chose, mais cette autre chose n’est jamais totale.

Je l’avais pourtant oubliée, isolée. Je ne pensais plus trop à elle. Mais c’est impossible finalement.

J’ai froid. J’aime. Je sais.

Dans un appartement de la rue du Chemin-Vert, elle l’a laissée jouir en elle sans capote, elle l’a laissée lui rentrer son sexe sans protection. Dès le premier (ou le second) soir, dès le premier (ou le second) flirt, ils ont consommé. Avoir une petite chérie avant l’Australie, il gâche un diamant. Mais la chair est faible, c’est « fusionnel » avec lui. Quand elle prétend ne faire que dormir, il sait qu’elle veut dire we fuck a lot.

Je suis sa perte de temps. Je suis son manque de respect et de tendresse. Je suis ses sentiments confus.

Penser à tout cela, c’est se faire du mal pour rien. Pas pour rien, non. Pour quelqu’un. Quelqu’un qui s’en fout du foutre versé, renversé. Pour celle de Procida, de Burano et du Skansen.

Heureusement qu’il me reste (Serge) Gainsbourg.

Publicités

About this entry